Localiser ce membre

Prérequis, Conseils+ et cours Connexes

Connexion Stagiaire Solo Inscription (Stagiaire)                 Compte Administrateur : Gérer Administration de stage Foad et/ou Pratique Créer
 
Connexion : Stagiaire, Formateur
Voir le passe  
   Oubliés ?
 
Connexion pour Client Administrateur
Voir le passe  
   Oublié ?


Inscription personnelle
 
 
Formateur ou Stagiaire
Inscription individuelle, étape 1 sur 2 :
(sans engagement)


Veuillez suivre les instructions dans le courriel pour créer un nouveau mot de passe

Votre adresse courriel restera confidentielle
Toutes vos données restent confidentielles
preinsutilisateurs

Nos offres d'abonnement, obtenir un devis

Chargement page et sommaire en cours...

Conseils+ réservés aux abonnés !

Cette partie est réservée à nos abonnés :

Je m'abonne !
   ― ― ― ― ― ―
Je me connecte !

Conseils+ réservés aux abonnés !
Conseils+ réservés aux abonnés !
Conseils+ réservés aux abonnés !
Conseils+ réservés aux abonnés !
Conseils+ réservés aux abonnés !

EE = à vide, au 'coeur' du générateur
U = tension réelle aux bornes de la source de tension
, la tension induite...

  • Une bobine devient source d'une tension E uniquement lors de variations de champ
  • E est proportionnel à l'intensité du champ magnétique
  • E est aussi inversement proportionnel au tempsPlus le temps requis pour faire varier ce champ est court, plus l'effet est élevé
    (Vu avec : introduction de l'aimant...)
    E est proportionnel à la vitesse
    La vitesse est un déplacement par unité de temps, il est plus simple de raisonner directement sur le temps !
  • E s'oppose, E est donc négatif –
Mettons tout celà en équation :

Tension E = – ( Variation de flux / temps requis pour cette variation )


E = - ( ΔΦ / Δt )

Volt = - ( Weber / seconde )



Il existe bien des déclinaisons de cette formule générale, dans nos autres cours nous y reviendrons...

Transformateur, principe

Base du transformateur en début de vidéo



Dans cette vidéo, nous mettons en évidence la tension induite lors d'une variation de champ magnétique.

Le shunt magnétique du poste à souder

Shunt magnétique réglage poste à souder
Cliquez sur l'image pour relancer l'animation
Simplifié à des fins pédagogiques, voici le principe de réglage des 'vieux' postes à souder par shunt magnétique. C'est en dégradant le shunt et en modifiant ainsi l'efficacité de transformation (au détriment du rendement) que l'on adaptait la puissance de soudage au diamètre de baguette souhaité.
Aujourd'hui l'électronique a bien amélioré tout cela !

Résistivité des principaux matériaux

Matériauρ
Argent16×10-9
Cuivre17×10-9
Or22×10-9
Aluminium28×10-9
Fer100×10-9

Notons au passage le ratio entre cuivre et fer :
100 / 17 = 5.88, soit environ 6 comme vu dans la vidéo !

Pour simplifier l'utilisation du tableau, nous allons utiliser ce résumé pratique :
1 m de cuivre en 1 mm² ≃ 0.017 ΩLe mm² est l'unité usuelle en électricité.
Ainsi de 10-9 on arrive à 10-3 ce qui est plus pratique à manier pour les calculs !
Un mètre de fil de suivre de 1 mm² de section offre une résistance de 17 mΩ.
Soit : 0.017 Ω


Coté aluminium :
1 m d'aluminium en 1 mm² ≃ 0.028 ΩLe mm² est l'unité usuelle en électricité.
Un mètre de fil d'aluminium de 1 mm² section offre une résistance de 28 mΩ
Soit : 0.028 Ω


Alors aluminium ou cuivre ? Si le coté économique peut jouer, nous resterons sur un plan technique :
L'aluminium est 28 / 17 ≃ 1,65 fois plus résistif que le cuivreA section et longueur comparables :
Ainsi on choisit 16 mm² aluminium pour remplacer 10 mm² en cuivre,
25 mm² en 'alu' au lieu de 16 mm² en cuivre...
, en augmentant donc la section pour conserver les mêmes caractéristiques électriques coté résistance, on subira un fil plus volumineux (la section augmentera de 60%) ! Mais il sera plus léger...
En effet, la densitéla densité est une valeur sans unité relative à l'eau pure.
Un litre d'eau = 1 kilogramme = densité 1 = la référence
Le cuivre est donc quasiment 9 fois plus 'lourd' à volume identique...
du cuivre est de 8.92 pour seulement 2.7 pour l'aluminium.
Soit une densité : 8.92 / 2.7 ≃ 3.3 fois moindre pour l'aluminium...
Malgré la compensation nécessaire en section et donc masse d'≃ 60 % :
3.3 / 1.6 ≃ 2
L'aluminium pour une résistance égale sera 2 fois plus léger... C'est une des raisons de son choix pour certaines applications où la masse des conducteurs est un facteur important :
Lignes électriques aux piliers moins soumis à contraintes et plus éloignés...

Courants de Foucault

Lorsqu'une masse conductrice subit une variationComme pour les transformateurs, cela ne s'applique pas à un champ fixe
(aimant immobile ou alimentation continue lisse sans mouvement)
A noter que cette masse agit comme une spire secondaire en court-circuit
de flux magnétique, elle est soumise à une tension induite qui, de par la conductanceL'inverse de la résistance 1 / R, une conductance élevée offre une résistance faible, le cuivre mais aussi fer, inox... Offrent une forte conductance. Celle des isolants tend vers 0. de la masse, engendre à son tour une intensité et donc 2 phénomènes :
  • Un échauffement de par les pertes Joule : Pj = R × I²
  • La force de LaplaceVoir le moteur à courant continu qui s'oppose à cette variation

Chauffe par induction

Puissance ≃ 200 W
La vidéo ci-dessus utilise un module Haute Fréquence qui s'inspire de ce qui est utilisé dans bien des applications dont les plus connues sont les plaques de cuisine, les fours et les bobines utilisées pour chauffer des axes à coeur uniformément et rapidementTraitements de surface, modification de dimension temporaire pour réaliser ou retirer des ajustements serrés de roulements à billes ou autre....

Ralentisseur : la force de Laplace en vidéo

Roue de ralentisseur TelmaLe fil conducteurCuivre, aluminium... : conducteur électrique se déplace sur le 'rail de Laplace' car une intensité le traverse alors qu'il est soumis à un champ. Les ralentisseursComme le moteur asynchrone ne tourne que parce qu'il subsiste un champ tournant, d'où le glissement, le ralentisseur n'oppose une force que parce qu'il subsiste une rotation mécaniques connus sous le nom de la marque TelmaMarque réalisant des ralentisseurs pour camions, trains... utilisent cette particularité. Là le champ magnétique est fixe et continu mais c'est la masse de métal, un disque ou une roue de train, qui tourne devant la bobine, ce qui revient au même !
L'effet est identique : courant de Foucault ⇒ force qui en s'opposant viendra ralentir la roue ou le disque en mouvement tout en provoquant un échauffement...
Encore une fois, ce procédé ne peut freiner totalement l'objet car il faut qu'un champ tournant subsiste ! Donc plus le disque ralentit, moins la tension induite et donc moins  l'intensité est élevée ce qui réduit la Force de ralentissement... Ce ralentisseur sera plus efficace à grande vitesse, sans effet à l'arrêt, d'où son nom ! Notons que l'énergie absorbée en ralentissant est dissipée en chaleurSans protections et précautions, un usage trop intensif du ralentisseur peut provoquer un incendie !.

Déterminer le calibre, InIntensité nominale, IccIntensité de court-circuit = intensité maximale, PdCPouvoir de Coupure des protections électriques

Comment sont déterminés les choix des protections à la sortie du transformateur dans une usine ?
Voici un premier schéma simplifié en monophaséEn triphasé, il convient simplement de répéter cela à chaque phase... pour appréhender tout ceci :
Schéma simplifié du circuit protection sortie transfo
Nous verrons comment sont déterminées les intensités nominales et maximales (PdC) tant coté sortie qu'en armoire déportées représentées à droite sur le schéma ci-dessus...

Le fabriquant nous communique :


Courbe tension en fonction de l'intensité transfo
  • Un en charge (pour In, I nominal), U0 (à vide)
  • Rappel Un . In . √3Uniquement en triphasé = S en VA
  • Icc (Intensité de court-circuit du transfo)

Données pour le magnétothermique :


  • In : calibre nominal de la protection
  • Icc : Intensité de déclenchement en cct
    (lié aussi à la courbe de déclenchement : C, D, MA... )
  • PdC : Pouvoir de coupure en Ampères
    (I maxi avant destruction ; ex : 10 kA IEC)
Courbes déclenchement disjoncteur magnéto-thermqiue

Données du câble via sa section, longueur :


Résistance R = ρ × lg / Section

  • In, (I nominal), du disjoncteur de tête doit être inférieur ou égal à In transformateur
  • PdC, (intensité de Pouvoir de Coupure), du disjoncteur de tête doit être supérieur à Icc transfo pour garantir qu'il parviendra à ouvrir sans se détruire !
  • Icc (I court-circuit) du disjoncteur de tête doit être inférieur à Icc transformateur
  • Le PdCPouvoir de Coupure des magnétothermiques déportés doit être supérieur à Icc du disjoncteur en amont !
  • Icc (I court-circuit) des magnétothermiques déportés doit être inférieur à I max (I max = Un transfo / R ligne : câbles+contacts+...) pour garantir qu'il ouvrira bien instantanément en cct et pas en surcharge quelques secondes après !
Temps d'ouverture d'un disjoncteur en surcharge ≃ 5 s donc risque d'incendie !
Alors qu'en déclenchement cct le délai est inférieur à 0.02 s !

Rappel : Icc disjoncteur = In × 5 à 10 pour une courbe C (U), 20 × et plus en courbes D, MA...

Déporté, schéma unifilaire simplifié :

Résistances pour dimensionner le Pdc, Icc
En bout d'installation, à cause de la résistance des câbles de liaison, I max (en rouge foncé sur le schéma), est largement inférieur à Icc transfo !
Si l'on réalise un cct en bout d'installation, l'intensité sera limité par ces câbles et donc sera plus faible que le Icc du transformateur...
En effet, les résistances des fils, des contacts intermédiaires, des connexions, du/des disjoncteur(s) en amont... ...sont en série et s'ajoutent, diminuant cette intensité I max.

Il convient donc de s'assurer que I déclenchement en cct du magnéto-thermique déporté soit ≪ (très inférieur) à ce I max sous peine de déclenchement en simple surcharge du disjoncteur Mg-ThMagnéto-Thermique, cct et surcharges et donc avec un délai dangereux engendrant un risque d'incendie !

Une mesure de tension en chargeOn fait circuler une intensité représentative pour engendrer une chute de tension.
R sera trouvé simplement avec R = U / I
à la sortie du transformateur et à la sortie du dernier disjoncteur sont le moyen le plus sûr de mesurer ces résistances réellesSi l'on peut estimer R fil (ρ × lg / S), il en va autrement des résistances de contact et de leur tenue dans le temps.... !
Document TGBT protections en pdf



12345C

Crée le 19 / 03 / 2017, der. màj le 01 / 07 / 2018 par : Guillaume (Guillaume DUPAS)
Contributeur Guillaume DUPAS Gu5835e07c1389f
Cours vu 10949 fois
Difficulté : ★★★☆☆
Pas encore de commentaire
Gu5835e07c1389f
+33(0) 950 628 628
tecnipass@tecnipass.com
coursactifs