Localiser ce membre

Montages parallèle et série

Connexion, Inscription (Solo) Gérer, Créer (compte client)
 
Connexion : Stagiaire, Formateur
Voir le passe  
   Oubliés ?
 
Connexion pour Clients en compte
Voir le passe  
   Oublié ?


Inscription personnelle
 
 
Formateur ou Stagiare
Inscription individuelle, étape 1 sur 2 :
1 h offerte (sauf parcours), sans engagement


Veuillez suivre les instructions dans le mél pour créer un nouveau mot de passe

Choisissez bien, votre pseudo sera public
Votre adresse mél restera confidentielle
Toutes vos données restent confidentielles
preinsutilisateurs

Chargement page et sommaire en cours...

1/4 : Le montage parallèle ou dérivation

En parallèle ou dérivation ? Introduction en vidéo


Montage en parallèle de 3 récepteurs (lampes) de caractéristiques (résistances) différentes.

Observation du comportement en cas de défaillance et mesures...





Zoom sur cet élément

Chaque récepteur est indépendant

Lorsqu'un récepteur, ici une lampe, est déficient il est aisé de le localiser pour le remplacer...
Le montage parallèle en animation

Schéma parallèle tel qu'en vidéoMontage parallèle, mesures

A la fin de la vidéo, on a pu constater que la tension était identique en tout point du montage :
schéma récepteurs en parallèle
La tension U est identique en tout point : U = 28 Volts
Ig (I générateur) = 275 mA ; I1 = 130 mA ; I2 = 90 mA ;
I3 = 55 mA
NB : la fait que les intensité soient de plus en plus faible en s'éloignant du générateur est un pur hasard, l'intensité dépend uniquement des caractéristiques des ampoules et non de leur position !




Zoom sur cet élément

Parallèle : approche pédagogique

Le schéma ci-dessous reprend notre expérience, les ampèremètres ont légèrement changé de position dans un but de clarté pédagogique :
Schéma parallèle, approche pédagogique

L'épaisseur des fils et flèches représente l'importance des débits et donc des intensités pour démontrer comment Ig = I1 + I2 + I3 :
Somme intensité en parallèle, schéma pédagoqique
Si l'on remplace respectivement I1, I2 et I3 par leurs valeurs : 130 + 90 + 55 = 275 mA (Ig).

Montage parallèle nommé également :

Montage dérivation





Zoom sur cet élément

Loi sur les intensités en parallèle

En parallèle (ou dérivation), la tension U est identique en tout point et les intensités s'ajoutent.
Déterminons ce qu'il advient des résistances !

Intensité fournie par le générateur = somme des intensités du circuit :

 Ig    =   I1   +    I2    +   I3
 ↓            ↓            ↓           ↓
On applique la loi d'Ohm, I = U / R
Chaque lampe oppose une résistance différente : R1, R2, R3
La résistance équivalente vue par le générateur sera nommée Req (R équivalent)

 ↓            ↓            ↓           ↓
U/Req = U/R1 + U/R2 + U/R3
 ↓            ↓            ↓           ↓
U étant identique en tout point, on peut simplifier par U :
 ↓            ↓            ↓           ↓
1/Req = 1/R1 + 1/R2 + 1/R3 


L'inverse de la résistance équivalente aux résistances en parallèle dans un circuit est égale à l'inverse de la somme des constituantes !

1/Req = 1/R1 + 1/R2 + 1/R3 + ...


Représentation mnémotechnique du montage parallèleLa résistance d'un conducteur est inversement proportionnelle à sa section, ajouter des résistors en parallèle revient à augmenter la section et donc diminuer de la résistance...
Mnémotechnique montage parallèle, section inversement proportionnel

Cas particulier : chaque récepteur est identique :
R1 = R2 = R3...


R équivalent = R unitaire / nombre de récepteurs





Zoom sur cet élément

Attention à la surcharge !

Les intensités s'ajoutent : pensez à la surcharge !

Lorsque vous raccordez des appareils en parallèle, même si unitairement aucun ne dépasse l'intensité nominaleLa valeur nominale est par exemple 16 A pour une prise, la valeur maximale est en réalité bien supérieure (≃ 80 A) mais elle doit être très brève (intensité d'appel au démarrage...) admissible par votre source (Pile, batterie d'accumulateurs, prise électrique...), la somme des intensités peut dépasser la valeur nominale admissible !
Surcharge montage parallèle
Comme dans l'illustration ci-dessus, aucun récepteur ne dépasse 16 A mais la somme des intensités absorbées dépasse sensiblement cette valeur : 5 A + 5 A + 8 A + 5 A = 23 A




Zoom sur cet élément

Générateurs en parallèle

Il est impératif que les tensions de chaque récepteur soient identiques faute de quoi celui qui offre la tension ou ddpDifférence de potentiel (ddp ; d.d.p)
Rappel : ddp = tension
la plus faible deviendra le récepteur de l'autre...
C'est d’ailleurs ainsi que l'on recharge les accumulateurs !

Par contre, si rien n'impose que les intensités nominales soient identiques, c'est toutefois préférable notamment lorsqu'il s'agît d'accumulateurs en phase de recharge.
Générateurs en // parallèle
L'animation ci-dessus représente quelques exemples de générateurs en parallèle.




Zoom sur cet élément

Quiz en dérivation !...


Quiz/Complément réservé aux abonnés :

Je m'abonne !
   ― ― ― ― ― ―
Je me connecte !
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours décodéco Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours
< Espace privé, abonnés
Partagez, participez >
Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0

2/4 : Le montage série

En série ? Introduction en vidéo





Zoom sur cet élément

L'inconvénient majeur en série :

Si un récepteur est déficient, ici une lampe qui grille : tout s'éteint et il ne reste qu'à trouver quel élément est en cause... Bon courageLes anciennes guirlandes de Noël avant l'apparition des LED...
Guirlande de Noël
!
Le montage série en animation

Schéma série tel qu'en vidéo :

Lampes montage série
L'intensité I est identique en tout point car il n'existe qu'un seul et même circuit I = 41 mA

Alors qu'au niveau des tensions :
Ug (U générateur) = 29 V ; U1 = 4 V ; U2 = 7.6 V et U3 = 17 V




Zoom sur cet élément

Série : approche pédagogique

Le schéma ci-dessous reprend notre expérience sans l'ampèremètre avec une variante de position de l'alimentation dans un but de clarté pédagogique :
Tensions en série
On va maintenant remplacer les voltmètres par leur représentation et ajouter des plots pour améliorer la lisibilité :
Somme des tensions en série
Si l'on remplace respectivement U1, U2 et U3 par leurs valeurs :
4 + 7.6 + 17 = 28.6 ≃ Ug (29 V)
On peut aisément imaginer que ces 0.4 V d'erreur sont dus aux chutes de tension dans les différents fils, contacts ainsi que dans l'ampèremètre (non représenté).




Zoom sur cet élément

Loi sur les tensions

En série l'intensité I est identique en tout point et les tensions s'ajoutent.
Reste encore à déterminer ce que font les résistances !

Tension du générateur = somme des tensions dans le circuit :

 Ug    =   U1   +   U2   +   U3
 ↓            ↓            ↓           ↓
On applique la loi d'Ohm, U = R × I
Chaque lampe oppose une résistance différente : R1, R2, R3
La résistance équivalente vue par le générateur sera nommée Req (R équivalent)

 ↓            ↓            ↓           ↓
Req×I = R1×I + R2×I + R3×I
 ↓            ↓            ↓           ↓
I étant identique en tout point, on peut simplifier par I :
 ↓            ↓            ↓           ↓
Req   =   R1   +   R2   +   R3 


La résistance équivalente aux résistances en série dans un circuit est égale à la somme des résistances constituantes !

Req = Σ des R du circuit


Représentation mnémotechnique du montage sérieLa résistance d'un conducteur est proportionnelle à sa longueur, ajouter des résistors en série revient à augmenter la longueur de la résistance...
Mnémotechnique R série, longueur

Cas particulier : chaque récepteur est identique :
R1 = R2 = R3...


R équivalent = R unitaire × nombre de récepteurs





Zoom sur cet élément

Montage série ? Méfiez-vous : il est partout !

Nous avons avancé que le montage série était rarement utilisé... 
Jamais je ne vous mentirai :-) mais en fait...

C'est VraiHormis les anciennes guirlandes de Noël, ce montage n'est plus utilisé, du moins directement comme un montage série !
Guirlande de Noël
et FauxEn fait, on l'utilise bien involontairement !
Nous allons le voir...
!


Faux car chaque contact (vissé, clipsé...), chaque rallonge, chaque fil conducteur, chaque fiche, cosse...


Qui relie le générateur à son récepteur...
Se retrouve en série et engendre une chute de tension !
Voire au pire une panne (en cas de défaut, rupture...)


Il est donc essentiel de se souvenir de ceci lors d'un dépannage. Vous avez souvent connu ce genre de panne, notamment en TBTTrès Basse Tension (ex : 12 V) avec votre voiture :
  • Pinces de démarrage qui ne parviennent pas à faire démarrer l'auto :
    Les fils qui relient les batteries offrant une résistance trop grande (section trop faible)
  • Borne de batterie qui sulfate, cosse oxydée, domino desserréVoilà un exemple parlant !
    Dominos, sucre, desserré : brulé
    Les dominos ont chauffé car le serrage était insuffisant engendrant une résistance !
    ...
    Avec risque d'incendie !
Prise brûlée à cause d'une vis desserrée
Dans les usines des campagnes périodiques de resserrageResserrage au couple, un serrage trop fort sur un fil rigide l'écrase et peut aller jusqu'à se rupture !
Par ailleurs, avec le temps, les vibrations, les à-coups électriques (marche/arrêt violents)... un jeu et donc une résistance s'installe !
et de vérification avec caméra thermique permettent de repérer les éventuels 'point chaudsUn fil mal serré introduit une résistance avec sa borne et donc une chute de tension u. u × I = P = chaleur (pertes Joule)' !

En dépannage, toujours, toujours bien garder cela à l'esprit !

Enfin, pour ceux qui doutent de l'importance de la résistance des fils, n'hésitez pas à consulter le conseil+ Mesure 3 et 4 fils, pt100, sonde PT100 en fin de page...




Zoom sur cet élément

Le montage série est souvent utilisé coté générateur...

En effet les piles ou accumulateurs n'offrent que des tensions unitaires faibles, le plus souvent comprises entre 1.2 et 3 Volts (suivant leur technologie ; plomb, zinc, lithium...).
Comme la première pile de Volta qui empilait des rondelles de cuivre, de zinc et de carton imbibé d'une solution rendue conductrice (eau salée ou équivalent).
Chaque trio n'offrant qu'environ 0.8 V, c'est la mise en série qui permettait d'atteindre la centaine de Volts pour produire des effets démonstratifs !

Piles accumulateurs en sériePile Volta (source Wikipédia)
Batterie auto 12 V 6 éléments de 2 V

Afin de pouvoir mettre en série plusieurs générateurs, il convient de choisir des modèles identiques en intensité nominale ou de s'adapter au plus faible avec réserveExemple : 1.5 V 1 A + 1.5 V 1 A = 3 V 1 A
1.5 V 1 A + 1.5 V 2 A = 3 V 1 A ! Mais n'essayer pas de les recharger !
Sans quoi le générateur le plus faible va devenir récepteur du plus fort !
Enfin, on pourrait ajouter des tensions différentes, c'est l'intensité qui compte...
Mais là aussi on évitera surtout avec des accumulateurs rechargeables !
Générateurs en série
Le meilleur exemple est celui des 2 sources identiques :
6 V 50 A et 6 V 50 A pour former 12 V 50 A
.




Zoom sur cet élément

Donnez la résistance équivalente :...


Quiz/Complément réservé aux abonnés :

Je m'abonne !
   ― ― ― ― ― ―
Je me connecte !
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours décodéco Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours
< Espace privé, abonnés
Partagez, participez >
Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0

3/4 : Vidéos sur les générateurs en série et parallèle

Alimentations courant continu en série


Pour info, si vous inversez + et , les tensions se soustrairont ; exemple : 26 V – 26 V = 0 V !




Zoom sur cet élément

Alimentations continues en parallèle


Lorsque vous effectuez une mesure, les imprécisionsRésistances de contact, positions des appreils (voir cours sur les mesures dans la partie abonnés) sont nombreuses, ne soyez pas trop exigeantOn se contentera de 2 chiffres significatifs, arrondis :
Exemple : 26 V pour 26.3 V
Ou : 0.52 V (et pas 0.5, le 0 devant n'est significatif !) pour 0.518 V
!




Zoom sur cet élément

Avertissements

La mise en série et / ou parallèle de générateurs peut s'avérer dangereuse !



Quel risque avec la mise en série ?


Si chaque tension unitaire est sans risque (exemple : 12 Vcc), leur addition peut atteindre des seuils à risque : 10 accumulateurs de 12 V en série = 120 V

Les onduleurs de puissance utilisent un bus 240 Vcc avec 20 batteries 12 V en série !


Quel risque avec la mise en parallèle ?


Si les tensions ne sont pas identiques (à ≃ ± 2%), la source la plus faible deviendra récepteur de l'autre avec un échauffement pouvant aller jusqu'à la destruction voire l'incendie pour des écarts trop élevés !

Mais bien pire : le plus dangereux est l'inversion de polarité !

Ex : les pinces et câbles pour relier les batterie de voitures entre elles :
Terminez toujours la mise en parallèle par le châssisUn point de masse des véhicules, boulon à nu...
Contact masse auto batterie -
Loin des batteries : surtout pas sur la borne de ces dernières car l'étincelle (due à l'intensité qui s'établie lors de la fermeture du circuit) à proximité d'une batterie peut enflammer les vapeurs d'acide de cette dernière !
, le risque d'explosion (acide sulfurique...) en cas d'inversion de polarité est bien réel !




Zoom sur cet élément

Mise en série ou parallèle...


Quiz/Complément réservé aux abonnés :

Je m'abonne !
   ― ― ― ― ― ―
Je me connecte !
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours décodéco Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours
< Espace privé, abonnés
Partagez, participez >
Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0

4/4 : Montages mixtes : série et parallèle !

Générateurs en série et parallèle

Ce type de montage est fréquemment utilisé sur les engins industriels, camions...

Un camion est alimenté en 24 V au lieu de 12 V pour une voiture, à cause de sa longueur qui engendre des chutes de tensionExemple concret : 120 W de phares absorbent 10 A en 12 V (120 W / 12 V = 10 A)
Contre seulement 5 A en 24 V (120 W / 24 V = 5 A) !
L'intensité étant divisée par 2, la chute de tension
(à longueur et section et donc résistance des fils identique)
est aussi divisée par 2 mais ce n'est pas tout !

En 12 V une chute de tension de 1.2 V représente 10% contre seulement 5% en 24 Volts...

Le passage en 24 V permet donc de diviser par 4 l'influence de la résistance d'un conducteur :
En divisant par 2 l'intensité
En divisant par 2 l'influence de la perte...
dans les fils (ρ × lg / s).
La puissance électrique requise (démarrage...) impose une intensité nominale ≃ 2 fois supérieure à une voiture.
Par conséquent, en doublant la tension et l'intensité (nous le verrons : on quadruple la puissance) mais on quadruple aussi le poids (masse) des batteries.
Ainsi, parce qu'elles sont plus commodes à transporter et à trouver (car plus standard), elles sont utilisées dans les camions et généralement assemblées par 4 :
  • 2 en série : 12 + 12 = 24 Volts
  • 2 en parallèle (exemple) : 60 AhL'unité Ah Ampère heure indique une capacité maximale : 60 A pendant 1 h, 30 A pendant 2 h, 120 A pendant 1/2 h (30 mn)...
    Là aussi abordé dans notre cours sur la puissance
    + 60 Ah = 120 Ah

Soit un total de 24 V 120 Ah !
Accu 24 V 120 Ah série et parallèle
Notez la liaison en pointillés :
Théoriquement inutile, elle permet, en cas de défaillance d'un élément, d'équilibrer un peu mieux les charges pour éviter de perdre toute une branche...




Zoom sur cet élément

Montage mixte de récepteurs

1
2
3
4
5
Voici un schéma d'apparence complexe...

Mais ne vous y trompez pas, bien que quelque peu 'scolaire', il est très simple à résoudre avec méthode :-) !

Montage mixte 1

Pour trouver la résistance équivalente à ce schéma, il est nécessaire de décomposer ce montage.
C'est ce que nous allons faire en 5 écrans !
Montage mixte 2
Pour appliquer une loi, série ou parallèle, il est indispensable de choisir 2 résistors directement en série ou // (parallèle)... Ici seuls R3 et R4 sont en //. R34 (équivalent) se calcule en trouvant le dénominateurLe dénominateur est la partie diviseur de la fraction !
(pour additionner des fractions le dénominateur doit être le même)
EN // : 1/Req = 1/R1 + 1/R2...
commun :
1/R34 = 1/R3 + 1/R4 = 1/600 + 1/300 = 1/600 + 2/600Le dénominateur (diviseur) commun est 600, on multiplie le numérateur (dividende) ainsi que le dénominateur par 2.
1/R34 = 3/600 => R34 = 600/3 = 200 ; R34 = 200 Ω
Montage mixte 3
Montage mixte 4
Cette fois, c'est R1 et notre nouveau résistor R34 qui sont directement en série, là rien de plus simple, il suffit de les additionner ! R134 = R1 + R34 = 100 + 200 = 300 ; R134 =300 Ω
Montage mixte 5
Montage mixte 6
Ici notre résistance R134 est en parallèle directement avec R2 ; bonne nouvelle, il suffit de diviseur par le nombre de résistances identiques (2) : R2134 = 300 / 2 = 150 Ω
Montage mixte 7
Montage mixte 8
Pour terminer, R2134 = 150 Ω en série avec R5 = 50 Ω ; R52134 = 150 + 50 = 200 Ω.
La résistance équivalente totale est de 200 Ω ! (Ouf)... Montage mixte 9




Zoom sur cet élément

Vidéo : les piles en série


Batterie d'accumulateur et piles en série, expériences avec voltmètre et oscilloscope !




Zoom sur cet élément

PT100 : 2, 3 ou 4 fils ? Exemple concret des résistances 'parasites'


Et un complément d'information dans le conseil+ Mesure 3 et 4 fils, pt100, sonde PT100 en fin de page.




Zoom sur cet élément

On va vérifier nos acquis !...


Quiz/Complément réservé aux abonnés :

Je m'abonne !
   ― ― ― ― ― ―
Je me connecte !
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours décodéco Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0
S'abonner, accéder à mon espace membre Personnalisez, customisez, modifiez cette page Tutorat, demande d'assistance Mettre en favoris ce cours Quiz, se tester sur ce cours
< Espace privé, abonnés
Partagez, participez >
Discuter, échanger sur cette page Partager sur Facebook Recommander sur Google+ Discuter sur Twitter 0

Mesure 4 fils

L'illustration ci-dessous nous révèle 2 circuits :
  1. En noir gras le circuit alimenté par le générateur de courantGénérateur d'intensité ou prévoir une alimentation capable de travailler en court-circuit dans la mesure où la résistance à mesurer est faible
    Le montage 4 fils ne se justifie que pour des résistances faibles (inférieures à 20 Ω) ou de grandes distances
    Ou pour de la grande précision : sonde PT100
    Sonde PT100
  2. En gris fin, le circuit de mesure avec le voltmètre.
Mesure 4 fils principe
Pourquoi ne pas mesurer la tension U directement sur le générateur d'intensité et économiser ainsi 2 fils ?
La résistance des fils acheminant le puissance ne doit pas être négligée, si R à mesurer vaut 1 Ω ; R fil peut engendrer 10% d'erreur (≃ 0.1 Ω par mètre pour du 0.75 mm²)
Par contre la boucle du voltmètre n’achemine quasiment aucune intensitéLa résistance des multimètres en position voltmètre est standardisée à 10 MΩ ; ce quel que soit le calibre et le type de tension (Continue ou alternative). Ainsi pour connaître R à mesurer on applique : R = U / I ; tout simplement !

Notez que même au niveau du raccordement des 4 fils il convient d'être prudent !
La photo ci-dessous représente un shuntRésistance très faible pour mesurer une intensité via la loi d'Ohm.
Ex : 0.001 Ω (1 mΩ) pour mesurer des centaines d'Ampères avec un voltmètre sur le calibre 200 mV : 1 mV = 1 A ; 150 mV = 150 A (150 mV / 0.001 Ω = 150 A)
: notez la position des vis de raccordementLes fils de mesure au plus près de l'élément à contrôler et surtout pas au même endroit que la puissance pour ne pas fausser la mesure à cause des résistances de serrage et de contact !
Les fils noirs : la puissance, les blancs : la boucle de mesure du voltmètre...
!

Shunt de mesure 100 A
Mesure 2 fils vs mesure 4 fils instrumentation

Une variante, la PT100 : 3 fils

Sonde PT100 3 ou 4 fils
NB : Il existe une variante à 3 fils, dans ce cas la chute de tension dans un fils est mesurée et multipliée par 2 avant d'être soustraite tel que ci-dessous :
Schéma PT100 3 fils
R sonde = [U - (2 × u)] / I
Variante la plus utilisée car plus économique (3 fils au lieu de 4), elle impose que les fils soient identiques ce qui est le cas lors de l'utilisation d'un câble !

Valeur efficace et maximale !


Un appareil de mesure arbore un logo TRMSTRMS : True R.M.S, RMS sans le T de 'true' (vrai), efficace vrai...
Cohabitent plusieurs types d'appareils : les classiques qui divisent systématiquement via des résistances toute tension alternative par √2 et les TRMS
quand il est capable de mesurer des signaux autres que symétriques et sinusoïdaux dont notamment ceux incluant une composante continue, une forme différente ; voire le signal provenant d'un variateur ; en MLIModulation de Largeur d'Impulsion, voir variateurs ou électronique si le sujet vous intéresse
Singnaux MLI loi U sur F
.


Diviseur analogique simple

Diviseur par 2, racine de 2
Pour aborder simplement le sujet,  on commence par très simple : à gauche un diviseur par 2 : 2 résistances identiques en série, on lit la tension divisée par 2 à leur point de liaison !
Pour diviser par √2, la résistance première sera composée de la valeur flottante (après la virgule) de 1.4142... (√2), (ou d'un multiple), alors que l'on effectuera la mesure sur la valeur entière (1 ou multiple).

Signaux non sinusoïdaux, voire 'exotiques'


Signaux et piège !
  1. A gauche le carré, pour lequel, valeurs efficace et maxi sont ≃ identiques ! 100% de la surface
  2. Suit un triangle : efficace = maxi / √3
  3. Une rampe non symétrique : multimètre TRMS obligatoire !
  4. A droite... Le trapèze ! Signal impossible :-) ! Il remonterait le temps !

Conseils+, compléments, prérequis :
Mesure 3 et 4 fils, pt100
TRMS, diviseur racine 2

Cours connexes recommandés par l'auteur :
Crée le 28 / 02 / 2017, der. màj le 04 / 11 / 2017 par : Guillaume (Guillaume DUPAS)
Contributeur Guillaume DUPAS Gu5835e07c1389f
Cours vu 203 fois ★★★☆☆
Pas encore de commentaire
Gu5835e07c1389f
https://www.tecnipass.com/cours-electricite-courant.continu-parallele.serie QUIFOCUS https://www.tecnipass.com Cx58b5aa8813853
coursactifs